Rapport de Millésime 2018 : la variabilité !

Nous avons lu tout et l’inverse de tout sur ce millésime, notamment en provenance des toutes grandes maisons françaises, c’est ce qui arrive quand la communication se décide loin du vignoble - tant les choses vont vite cette année.

Il est vrai que les conditions climatiques perturbées depuis le printemps ont des conséquences soudaines et changeantes,

Nous vous apportons donc un regard, une première analyse technique et objective.

Ce millésime 2018 se caractérise par la variabilité liée, bien évidemment, aux évènements climatiques négatifs : grêle, gel, excès d’eau, mais également aux données climatiques positives qui se sont enchainées en matière d’ensoleillement et la presse s’en est faite largement écho, c’est l’épisode « canicule ».

Depuis 2011,

la vigne a souffert d’un déficit constant en eau permanent et récurent d’où les petites récoltes qui se sont enchainées jusqu’à troubler le marché de Vin par des hausses de prix, des pénuries sur certaines qualités, et des évolutions marketing radicales avec des changements de pays de provenance pour certaines marques françaises : la presse en a fait ses gorges chaudes, et quelques sanctions sont tombées face aux excès flagrants.

Le printemps humide de 2018

signe le retour à l’équilibre alimentaire de la vigne. La notion de variabilité s’impose de manière originale et soudaine. C’est un état de fait : pas d’homogénéité, on ne peut même pas parler pour la famille des IGP ou celle des AOP, pour le vignoble de plaine ou celui des coteaux, puisqu’au sein d’une même exploitation l’hétérogénéité s’est installée.

  • Les 20% du vignoble du Languedoc en goutte à goutte ont une réponse à l’eau différente d’une zone à l’autre,
  • 20 millimètres de pluie (torrentielles !) à Montpellier alors que Narbonne est à zéro
  • Si la vigne de souffre pas de sècheresse, elle a subi des « coups de chaud » énormément impactant, c’est l’effet canicule sans différence de température Jour/Nuit -> épuisant pour le métabolisme de la plante.

L’état sanitaire est constaté.

Les attaques de mildiou ou de pourriture sont contenus et abolis par un ensoleillement maximum, ils pourraient revenir si pluie, mais à ce jour ils sont bel et bien contenus et bloqués.

Les premiers tests de maturité sont satisfaisants 

L’acidité correcte, le niveau des sucres est bon, on estime le retard de maturité à 1 semaine par rapport à la vendange 2017 (année précoce).

Dans notre région, le Languedoc Roussillon, nous estimons le volume global de ce millésime 2018 en dessous de 12 millions d’hectolitres, contre un peu plus de 10 millions pour le millésime 2017. C’est mieux, mais faible, très faible,

On garde en tête les notions de macro économie : le Languedoc Roussillon produisait 33 millions d’hectolitres dans les années 1995/2000.

Il serait d’un optimisme naïf de conclure en terme de réduction de rendement à l’hectare pour une meilleure qualité.

Non, il s’agit bel et bien d’un pan de l’économie radicalement transformé avec la disparition de notre vignoble par arrachage subventionné par l’Europe.

Première région productrice au Monde,

Notre région répond par la diversité, l’imagination et la Qualité, sans tabou nous affichons ses atouts : tempérée par la Méditerranée, balayée par la brise, gorgée de soleil et propice à toutes les innovations tendances :

  • Les vins biologiques se développent, nous nous impliquons toujours plus pour la reconversion et dans l’assistance aux vignerons,
  • La biodynamie a de plus en plus d’adeptes,
  • Les vins Vegan charment l’Asie et demain nos communautés françaises urbaines.
  • Nos vins « sans soufre » ont une durée de vie étonnante grâce à des techniques pointues et préventives.
  • Les Crus de garage sont au sommet de la presse mondiale,
  • Nos châteaux s’ouvrent à l’oenotourisme et invitent à partager notre Art de Vivre,
  • Les cépages métis sont de valeurs sûres,
  • et enfin nous vivons l’apogée des beaux ancêtres comme les Vieux Carignan ou l’Alicante Bouchet.

Sortez des grandes consommations génériques,

Osez être vous-même, vous êtes unique, vous buvez différent

Nous avons ces pépites, faites pour vous par des vignerons au grand cœur et des techniciens d’exception. 

Votre confiance est notre force,

Claude Vialade
Femme du Vin