Press

  • IGP Sud de France 150 hot top tips from Languedoc by Vinum Wineguide

    Vinum
    May 2017

    3 greats notes for our wines in the latest Vinum Wineguide Add On Special Languedoc 2016-2017

    Le Jour et la Nuit Carignan 2015 : 17 points

    Vignes rares Ciceron l’Albarino 2015 : 16 points

    Plo des Vents Vignes Centenaires Carignan 2012 : 15.5 points

    "Don’t forget that IGPs were created as an upgrade to the old Vin de Pays designations. These had their place and were also used for products of clear geographical origin, inexpensive, easy-drinking, excellently made, some blended from old local grapes and some from new varieties."

    vinum igp wineguide

  • Tasting Sparkling wines Crémant by David Crossley's Wide World of Wine

    David Crossley's Wide World of Wine

    Last week, we were in London for a wine tasting organized by Business France only about Crémant : french sparkling wines.

    We find this article on David Crossley's Wide World of Wine website :

    Domaines Auriol, Crémant de Limoux

    Domaines Auriol is owned by the Vialade-Salvagnac family, but they make wine all over the South of France, at a number of estates. Their Limoux wines come under the Maison Vialade label, but are made at an estate called Terres Blanches, which the family acquired in the 1980s.

    Crémant de Limoux is not one of the better known Crémants, but has an increasingly good reputation based on one or two up-and-coming estates. The terrain can be hilly and the best fruit is grown at elevation, benefiting from cooler night time temperatures. This version, 70% Chardonnay with 20% Chenin Blanc and 10% Mauzac, is very fruity but with an elegance which I’d put down to Limoux Chardonnay (which in the region’s best still white wines can be exceptional). The wine gets 15 months on lees and it has genuine character.

    Auriol were the only people to sneak in some still wines. I couldn’t resist trying two unusual IGP Aude wines, a white Albariño and a red Marselan under the “Jardin des Vignes Rares de Ciceron” label. The Albariño had a lovely nose and was a good example of an easy drinking version of the Galician grape. The Marselan (a Grenache-Cabernet Franc cross) was purple in colour with sappy fruit. Both good gluggers.

      

    Read full article here

  • Neue Sorten im Weinberg

    revue Frankreich Spezial

    In Frankreich haben es Neuzüchtungen unter den Rebsorten schwer, sich durchzusetzen. Wir erläutern, welchen es gelang. Aktuell zeigen die französischen Winzer auch großes Interesse an pilzwiderstandsfähigen Sorten: ein effektiver Weg für den Umweltschutz.

    In den Corbières hat Claude Vialade den Marselan in ihren Jardin de Vignes Rares de Cicéron aufgenommen. Einen Teil davon lässt sie den biologischen Säureabbau im Barrique vollziehen, was dem Rotenneben Kirsch- und Kräuternoten auch eine gewisse Würze verleiht.

    Read full article here >>

  • De ziel van de Languedoc in WineLife Magazine

    Wat typisch bourgogne is, daarover zijn wijndrinkers het wel eens. Maar wat is nou een typische languedoc-wijn ? Winelife maakt een rondje door de zuid-franse streek en doet een poging de ziel van de bekende slobber te vangen.

    Read full article in pdf here >>

  • Plo des Vents estate in Dallas Morning News

    Dallas morning news

    The local name for the estate is Plo-des-Vents, which refers to the protection the mountain provides to the vines from the storms that blow from the Atlantic Ocean toward the Mediterranean.

    The vines have been farmed organically for several years and were certified biodynamic in 2014.

    Domaine Plo-des-Vents, Hauterive IGP, Vignes Centenaires, Carignan 2011 ($49.99, Pogo's and Sigel's) is made from 100-year-old vines. Carignan from old vines is considered to be best, because the yield is naturally small, and the grapes get fully ripe, losing green flavors and gaining ripe tannins.

    Read the full article here

  • WeinWritschaft Magazin - Nachhaltig dynamisch

    WeinWritschaft Magazin - Nachhaltig dynamisch

    WeinWritschaft

    Nachhaltig dynamisch

    Während mehr und mehr Erzeuger in der Region wenn nicht biologisch, dann doch nachhaltig arbeiten, ergänzen sie ihr Angebot mit leichteren, frischeren Weinen

    Mit dem Heritage Montmila ehrt Claude Vialade ihren Vater Jean, der ab 1970 im Dorf Ribaute den Bioweinbau einführte und das Familiengut damals umstellte. Auch wenn heute über 30 Prozent der 8 bis 10 Mill. jährlich abgefüllten Flaschen Biowein sind und einen starken Zuwachs verzeichnen – zum Beispiel mit der gelungenen Reihe Elegantly Organic –, hat sich Domaines Auriol vor allem durch Partnerschaften mit konventionellen Winzern und Kooperativen entwickelt, nicht zuletzt dank des guten Gespürs ihrer Chefin für das, was Exportkunden suchen. Mit dem Jahrgang 2015 kommen die ersten Weine des experimentalen Jardin de Vignes Rares de Cicéron heraus, darunter ein saftig-süffiger Marselan und ein intensiver, knackig frischer Albariño.

  • Tasting notes in Selection Magazine - Wein-Magazin

    Maison Vialade Chardonnay IGP Pays d'Oc

    Chapelle de Montmija Syrah IGP Pays d'Oc

    Read the article on Wein Magazin

  • AOP Limoux Organic Wine of the month in Expressen news Sweden

    AOP Limoux Organic Wine of the month in Expressen news Sweden. A great Chardonnay to discover !

  • Hochwertige rotweine aus der pays d'oc igp - Sommelier Magazine Meiningers

    Sommelier

    Maison Vialade Cabernet Pays d'Oc IGP 2015

    "Beerige nase mit pfeffernote; im mund viel frucht mit guten, geschliffenen tanninen; beeriges finale, sehr lecker!"

    sommelier

  • Interview in the french newspaper L'Indépendant : Claude Vialade about winemaker job evolution

    L'indépendant
    28 Aout 2016

    Vigneron, un métier en pleine mutation aux domaines Auriol

    En quelques années, le métier de vigneron a profondément changé. Claude Vialade, fondatrice des domaines Auriol, une maison à la sensibilité féminine, revient sur le chemin parcouru.

    Depuis 30 ou 40 ans, comment le métier de vigneron s’est-il transformé ?

    La mondialisation fait que le métier est ouvert au monde en matière d’opportunités, mais aussi de concurrences. Le consommateur est très exigeant et le Français n’est plus seul au monde. Cela implique une adaptation à l’évolution des goûts et aux langues internationales. En agriculture, les normes phytosanitaires ont aussi beaucoup changé. Nous sommes formés aux nouvelles législations. La viticulture artisanale est passée à une viticulture d’intégration avec une économie de terroir ouverte sur son monde tant économique, social, que réglementaire. Le climat conditionne également nos pratiques. C’est pourquoi au château Cicéron, nous menons une culture expérimentale pour préparer le prochain siècle qui doit être économe en eau. C’est un projet unique où nous sortons des cépages traditionnels. Nous utilisons le Verdejo (sous protocole expérimental européen). Ce dernier supporte très bien la chaleur. Nous faisons des sélections clonales et des porte-greffes en fonction de chaque parcelle. Nous en sommes déjà à la 3ème feuille.

     

    Quelles stratégies ont été mises en place pour vous adapter ?

    Du fait des grandes évolutions, nous avons analysé le marché pour nous intégrer au mieux. Le métier de vigneron ne se passe plus uniquement dans les vignes et le chai. C’est un tout avec la qualité des ressources humaines, la formation des hommes, la logistique, le marketing… Nous défendons une viticulture identitaire et portons haut la valeur Languedoc avec la sédentarisation en milieu rural par le développement de la mise en bouteille sur les lieux de production. Nous sommes producteurs autant que maison de négoce et nous privilégions le territoire avec ses vins septentrionaux autour d’un élément central, la Romanité. Les appellations ont comme des marques. Il faut faire reconnaître la région par sa qualité ce qui passe par la traçabilité et le maintien d’une économie locale. Le marché bio a aussi beaucoup évolué pour devenir très important et nous suivons la réglementation en matière de santé et d’environnement. Nous devons nous adapter aux nouvelles conditions mondiales.

     

    Quelle est votre vision de l’avenir ?

    Pour parler d’avenir, il faut se plonger dans le passé. Il y a 20 ans, on produisait 33 millions d’hectolitres et on disait que nous étions en surproduction. Aujourd’hui on produit 13 millions et on nous dit encore la même chose. Il faut mener un véritable questionnement. Il y a quelque chose qu’on n’a pas compris dans la réflexion du développement du vin. Les des deux dernières décennies n’ont pas été optimisées. Pour moi, le Languedoc n’a pas encore été assez dans la qualité. Par ailleurs, l’apparition du monde céréalier dans le monde du vin est inquiétante. On ne peut pas occulter que cette capitalisation du céréalier ne soit pas une tête de pont pour amener les OGM dans la viticulture. D’où l’importance de la traçabilité, du développement du partenariat avec les vignerons et de la niche du bio. Nous devons réagir par la pertinence et la justesse de l’offre commerciale, couplés à la rapidité des transports. De plus, il faut pouvoir répondre au marché anglo-saxon en étant visible dans les revues qui font loi (wine adviser, wine and spirit international…). L’oenotourisme donne aussi une valeur autre que celle marchande. Il montre notre art de vivre, notre écosystème, la culture occitane et fait appel à d’autres sensations, d’autres valeurs.

    By Gaëlle Guéant – L’indépendant Monday 29 August 2016 page 11.

    http://www.lindependant.fr/2016/08/29/vigneron-un-metier-en-pleine-mutation-aux-domaines-auriol,2249466.php